Leny Dezweemer à Amazônia JJB Sète

jjb-sete4Leny Dezweemer a commencé le JJB à 26 ans en 2009, il a passé deux ans en ceinture blanche, bleu et violette. Au rythme de deux entraînements par jour ce sont plus de 6000 heures de JJB cumulé qui lui ont permis d’obtenir sa ceinture marron en 2015. Aujourd’hui membre des coachs d’Amazônia JJB Sète, il nous délivre quelques secrets sur ce sport peu connu en France et pourtant très célèbre outre atlantique.

Comment as-tu connu le jiujitsu brésilien ?

C’est en regardant le Pride et l’UFC que j’ai connu ce sport. Ce sont des combats d’art martiaux mixte, en m’intéressant au Freefight et en regardant différents combats j’ai observé que l’on pouvait mettre des clés articulaires et des étranglements à son adversaire. De par mon expérience dans d’autres sports, notamment en Boxe Thaïlandaise, j’ai disputé quelques combats de pancrace avec des amis comme coach, rien de bien sérieux, cependant à l’époque nous pensions avoir une forte maîtrise des combats de sol. Puis un ami m’a emmené dans une salle de JJB, en réalité il m’a appâté en me disant que le professeur allé me soumettre très facilement, j’y suis allé pour montrer mon talent, mais ce jour-là j’ai compris que bien au contraire j’avais tout à apprendre. Alors j’ai continué d’y aller, puis de fil en aiguille je me suis pris de passion pour ce sport, et j’ai délaissé la boxe et le sport de frappe pour uniquement me concentré sur la maîtrise du sol, tous les jours depuis plus de 6 ans. Aujourd’hui j’essaie de transmettre ma passion.

Pourquoi as-tu délaissé les autres sports que tu pratiquais pour le JJB ?

La technicité du JJB demande, selon moi, beaucoup plus de temps d’apprentissage et de pratique que la boxe ou les sports pieds poings. Les autres membres du club n’avaient pas forcément des aptitudes physiques explosives et pourtant je ne gagnais aucuns combats dans mes débuts. La technique de ce sport m’a beaucoup plus, car malgré le fait que l’apprentissage soit long, les acquis sont profondément ancrés et le sport en constante évolution permet de toujours s’améliorer et de ne jamais s’ennuyer.

jjb-sete1

Quel bénéfice dans ta vie en général en as-tu tiré ?

Ce sport m’a apaisé, c’est un excellent moyen de se défoulé et d’évacuer les tensions. Dans le JJB on est sans cesse face à la difficulté et pour progresser on doit s’y confronté. Dans la vie de tous les jours on a parfois tendance à éviter ou contourner les situations qui nous mettent mal à l’aise. Dans ce sport nous n’avons pas le choix, et ça nous apporte beaucoup dans le quotidien, on sait rester calme, réfléchir en situation de crise et faire les choix difficiles au lieu de stresser ou d’être paralysé.

En dehors du côté sportif, c’est tout un club, une vraie famille qui s’ouvre aux pratiquants. Aujjb-sete3 JJB on rencontre des personnes de tous les milieux des voyous au policier, des personnes de milieu aisés à défavorisé, tout le monde est au même niveau. Personne ne commence le JJB en ayant des facilités tout le monde galère et ceux qui font des efforts sont récompensés, il n’y a pas de raccourcis pas de triches c’est un milieu très sain. On s’entraine avec les mêmes personnes depuis plusieurs années, mes partenaires sont de vrais amis sur qui je peux comptais. D’ailleurs j’ai rencontré ma femme sur les tatamis.

jjb-seteA qui conseilles-tu le jjb ?

A tout le monde, aux enfants comme aux adultes. C’est un sport qui dépend uniquement de vous et de vos capacités au moment où vous vous entrainer. Vous apprendrez toujours des choses et les bénéfices seront à la hauteur de vos efforts.

Quels sont les atouts qu’il faut avoir selon toi ?

La patience, l’envie et de la détermination. Une fois que vous avez acquis quelque chose c’est à vie et vous ne le perdrez jamais. Les efforts ne seront donc pas vains, et vous en récolterez vite les fruits qui seront une vraie récompense. Un peu tous les jours et au bout de quelques années vous apprendrez vous aussi avec plaisir des techniques aux nouveaux. Le JJB c’est un sport de partage aucune ceinture n’est mieux qu’une autre il s’agit seulement d’expérience tout le monde est écouté et considéré.

Que dirais-tu à un débutant pour qu’il atteigne ton niveau ?

Il faut s’entrainer dur parce que ce n’est pas facile, mais dans la vie n’est rien n’est facile. Ça va prendre du temps mais ce qui est sûr c’est qu’en s’entrainant tout le monde y arrive.